Un Aveyronnais nous raconte l'après Irma à Saint-Barthélémy

0
0
0
s2sdefault

Aveyron Reconstruction, secours, pillages, ... Pierre-Marie Majorel est Aveyronnais et vit à Saint-Barthélémy. Il raconte, en exclusivité à TOTEM, comment se passe l'après Irma sur place.

Il fait partie des habitants originaires de la région qui ont vécu sur place l’ouragan Irma. Pierre-Marie Majorel est Aveyronnais. Installé depuis de longues années à Saint-Barthélémy, il y est président du Conseil Economique et Social.

Il a pu rassurer son entourage resté au pays en fin de semaine dernière et nous avons pu le joindre directement sur place lundi soir, malgré les difficultés liées à l'état des antennes relais dans l'île de Saint-Barthélémy.

"C'est facile de tirer sur l'ambulance"

Saint Barthélémy, où les secours s'organisent pour porter assistance aux habitants. Un sujet qui fait polémique. Plusieurs personnalités politiques ont ouvertement critiqué la rapidité de réaction de l’État. Pour Pierre-Marie Majorel, "chaque gouvernement, de gauche ou de droite, est confronté à ce type de situation dramatique".

 

"C'est facile de réagir à un type de catastrophe que l'on a pas connu jusqu'à présent", poursuit le président du Conseil Economique et Social de Saint-Barthélémy. "Là, on découvre et c'est un peu facile de tirer sur l'ambulance."

Pour autant, la situation est loin d'être parfaitement maîtrisée par les autorités : "On peut toujours être plus efficace, c'est certain", admet Pierre-Marie Majorel.

Désastre humain et économique

Cette catastrophe est avant tout un drame humain pour les dizaines d'habitants qui sont décédés avec le passage de l'ouragan, une centaine est blessée. C'est aussi un désastre économique pour les deux îles, une question sur laquelle celui qui est est président du Conseil Economique et Social sur place a forcément un œil attentif.

"C'est un épisode extrêmement douloureux à vivre."

- Pierre-Marie Majorel, Aveyronnais installé à Saint-Barthélémy

Alors que l’heure est encore à retrouver un toit et même de l’eau pour la plupart des habitants, à quelle échéance peut-on imaginer l’économie de l’île repartir ? "Le plus urgent, c'est de montrer que cette île est forte et que les gens ne se laissent pas dépasser par l’abattement", explique Pierre-Marie Majorel.

 

Pour lui, "il y aura pas mal de gens qui partiront, c'est certain car c'est un épisode extrêmement douloureux à vivre". Pour autant, Pierre-Marie Majorel croit en l'avenir de Saint-Barthélémy qui voit que la mobilisation est "déjà à l'oeuvre" pour remettre en état les infrastructures.

"Cette île redeviendra ce qu'elle a été", affirme le président du Conseil Economique et Social qui n'attend pas spécialement une aide de l'Etat. "Saint-Barthélémy n'a pas attendu l'Etat pour devenir ce qu'elle était jusqu'à présent."

Photo : montage TOTEM / Interview : Stéphane David, édité par A.T.

Mots-clés: Ouragan Irma

0
0
0
s2sdefault